Brèves

Maman

Accouchement par césarienne : que doit-on savoir

En 2011, le gouvernement togolais annonçait la subvention de la césarienne afin d’alléger le coût de prise en charge à la population togolais. L’allègement des coûts à soulager les familles et a contribué à la diminution de la morbidité maternelle. Mais que vivent ces femmes sur la table d’opération ? Que doit-on savoir de la césarienne ?
Accouchement par césarienne : que doit-on savoir

Partage


C’est quoi la césarienne? 

La césarienne est une opération qui, à ses débuts dans les années 1500 est pratiquée sur une femme enceinte décédée en vue de récupérer le bébé
Elle serait ensuite perfectionnée pour être faite sur des femmes vivantes. Aujourd’hui, elle est maîtrisée et concourt à la diminution de la morbidité maternelle. Il existe deux techniques de césarienne. La césarienne vaginale et abdominale. Aujourd’hui, la plus pratiquée est la césarienne abdominale. La maman est anesthésiée, le plus souvent la rachianesthésie pour permettre à celle-ci de vivre l’accouchement et de réduire les risques anesthésiques.


Quand recourt-on à la césarienne ?

Même si certaines femmes togolaises adoptent pour la césarienne par leur propre volonté, d’autres par contre sont obligées, car elles veulent sauver leur vie ou celle de leurs bébés.

 Césarienne par convenance personnelle
Certaines femmes, vu ce qui leur a été raconté sur les douleurs de l’enfantement préférant accoucher par césarienne. La femme devient ainsi un acteur essentiel du choix. Il s’agira alors au médecin qui la suit de lui expliquer les risques qu’elle encourt.
Certaines situations impliquent directement la césarienne.

 Aucun progrès dans le travail de la femme
C’est la raison la plus fréquente pour laquelle on a souvent recours à une césarienne. Selon les médecins, cela est dû au fait le bébé ne descend pas dans le bassin et le canal vaginal en vue de naître, même si la mère a des contractions normales et régulières. Le médecin demande alors une césarienne.

 La césarienne pour une vie
Dès fois, le bébé a des difficultés respiratoires dues au décollage du placenta de l’utérus ; ou qu’il présente de fréquences cardiaques inhabituelles. Bref, lorsque la santé du bébé est menacée et que la naissance n’est pas imminente, une césarienne peut être recommandée.
On recourt aussi à la césarienne lorsque le bébé n’est pas bien positionné. Ceci est remarqué dans au moins 3 % à 5% de grossesses. La position prise par le bébé n’est pas favorable à un accouchement à voix basse.
Être enceinte de plus d’un enfant ne mène pas automatiquement à un accouchement par césarienne, tout dépend de la position des bébés et de la façon dont ils se présenteront à la naissance.

 Le poids du bébé
Le bébé, certaines fois est trop gros par rapport au diamètre du bassin de la mère. Du coup, elle ne peut accoucher si ce n’est par césarienne.
« Une césarienne est requise quand nous constatons que le bébé est trop gros pour que la femme puisse l’accoucher d’elle-même », affirme une sage-femme.

 La croissance du bébé
Si le bébé présente un retard de croissance important, il peut parfois être nécessaire d’effectuer une césarienne afin de faire naître le bébé avant la date prévue.

 Recours à la césarienne par rapport à l’Etat de santé de la mère 
Il était souvent dit qu’une femme qui a accouché par césarienne une première fois, est condamnée à donner ses enfants par la même voie. Mais aujourd’hui, 60 à 80 % de femmes qui ont accouché une fois par césarienne pourront accoucher par voix basse lors de la prochaine grossesse.
Une césarienne est parfois nécessaire si la mère est atteinte d’un trouble d’hypertension comme la pré-éclampsie, d’un trouble cardiaque ou souffrante de diabète ayant entraîné un poids élevé chez le bébé, ce qui peut rendre difficile son passage dans le bassin de la mère.
Par contre chez d’autres, le recours à la césarienne est dû à la taille de la mère. « Mon médecin m’a affirmée que je pourrais accoucher par voix basse à cause de ma taille qui était moins de 1m 50 », confirme une femme.

Témoignages de quelques femmes qui ont accouché par césarienne

« Je dirai, c’est l’horreur. Ils disent généralement que c’est un accouchement facile, je ne pense pas que ce soit le cas. Je ne sais pas si nos médecins ici ne la maîtrise pas comme ça se fait à l’étranger, mais pour moi ça été traumatisant. J’étais à 3 mois de grossesse lorsque le médecin m’a informée que par rapport à ma taille, c’est possible qu’on me fasse une césarienne. J’ai dû vivre dans la peur durant les 6 mois restant à me demander ce qui va se passer.
À mes 9 mois, on m’a amené au bloc dans un hôpital public. La première anesthésie a été mal fait, puis que j’ai senti vivement la douleur lorsqu’on a m’a coupée. On a dû refaire une autre anesthésie, m’endormir complètement avant de pouvoir m’opérer. Je me suis réveillée après, je n’ai pas su ce qui s’est passé, mais j’avais mon bébé. Après que les effets de l’anesthésie se sont estompés, c’est à cet instant que je me suis retrouvée avec des douleurs tellement intenses. Au même moment que les femmes qui ont accouché par voix basse sont bien portantes, tu subis toujours la douleur de la césarienne. J’ai vu des femmes mourir après la césarienne, j’ai en vue qui ont fait des crises. Ça été une expérience traumatisante et j’ai eu du mal à me remettre sur pied après l’accouchement. Ce qui m’a poussé à choisir une clinique lors de mon 2e accouchement et après 2 semaines, j’allais mieux. Je pourrais me relever et m’occuper de mes activités », nous a confié une mère de 2 enfants accouchés par césarienne.

« Je suis mère de 2 enfants que j’ai eus par césarienne. La première fois, ce n’était pas programmé, mais la fréquence cardiaque du bébé baissait. Comme on le dit souvent chez nous, ‘‘il buvait de l’eau’, donc le médecin qui me suivait a décidé de m’opérer pour sortir l’enfant. Après que les effets de l’anesthésie se sont estompés, j’ai commencé par ressentir des douleurs pendant une semaine, mais ça s’est calmé après. On m’a interdit de prendre des objets lourds pour ne pas aggraver la condition de la plaie. J’aurai aimé pouvoir accoucher moi-même, mais les complications ne l’ont pas permis », affirme une autre femme.

« Si c’était à refaire, je choisirai d’accoucher encore par césarienne. Ça m’a fait éviter les douleurs de l’enfantement. L’essentiel est d’avoir mon bébé sain et sauf, ce qui fut fait », confie une autre mère.
S’agissant de la césarienne, les avis divers d’une femme à l’autre, mais dans la majorité des cas ces femmes qui l’ont subi ne l’ont pas voulu. Au Togo, cette opération à haut risque est responsable de nombreux décès parmi les femmes.

Emilie Manabe


Menz Alfa
Menz Alfa

Développeur web, geek, et amoureux de littérature et de spiritualité, Togoqueens, m'offre la possibilité de partager ma plume critique sur les thèmes pouvant éveiller la conscience de la femme africaine et particulièrement togolaise.

VOUS AIMERIEZ AUSSI

0 Commentaire(s)

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Contactez nous

+41 077 914 57 61

info@togoqueens.com

Design by Creative Web
Ingénieurie web mobile Design
Communication Digitale
Quartier Adidoadin, sur le Boulevard Faure Gnassingbé

Conseils mode, beauté, bien être, cuisine, couple, culture, biographie etc.. lisez les dernières actualités des femmes togolaises qui font la fierté du Togo et de l'Afrique.


news letter