Brèves

Culture

Les cauris, quelle utilisation peut-on en faire

Bien avant notre ère, le cauri a été utilisé comme monnaie d’échange entre différents peuples à travers le monde. Le posséder constituait un signe de puissance et de prospérité. En Afrique, depuis des siècles, ce coquillage est un élément important de civilisation. Cependant, ces qualités ne lui sont plus aussi convoitées ; de nos jours, le cauris est plus utilisé dans les domaines de voyance, de décoration, de beauté ou de bien-être.
Les cauris, quelle utilisation peut-on en faire

Partage



Le cauri monnaie d’échange

La plus ancienne trace de cauri remonte au 13e siècle avent J.C, sur des objets en bronze découvert en Chine. Il a circulé un peu partout en Asie, en Océanie, en Afrique, et même en Europe. Néanmoins, on peut noter que la principale zone de circulation des cauris était l’Afrique tropicale, à cause des relations commerciales et des échanges effectués, on pouvait le trouver sur tout le continent africain. En effet, le cauri était considéré à l’origine comme un simple objet de troc et par la suite, il était devenu une monnaie d’échange. Il aurait été introduit en Afrique oriental par des arabes. L’Afrique de l’Ouest l’aurait découvert par les marchants européens, mais d’autres sources soutiennent qu’il serait déjà utilisé en Afrique de l’Ouest avent l’arrivé des colons.



Pendant des décennies, ce petit coquillage a servi de monnaie d’échange dans les contrées d’Asie et dans d’autres continents du monde. Sa réputation lui a même value le nom de « moyen de paiement le plus utilisé par les nations commerçantes de l’Ancien Monde ! ». Ainsi, en 1343, au Maroc, on notait qu’un dinar d’or faisait entre 400.000 et 1200.000 cauris ; alors qu’en 1350, seulement 1150 cauris pouvaient être échangés contre un dinar d’or au mali.La plus ancienne trace de cauri remonte au 13e siècle avent J.C, sur des objets en bronze découvert en Chine. Il a donc été utilisé comme monnaie jusqu’aux premières décennies du XXe siècle. Il a aussi joué un grand rôle dans le trafic négrier au temps des colons. Selon l’auteur malien, Amadou Empâté BA dans l’un de ses ouvrages, le prix d’un esclave pouvait valoir jusqu’à 100.000 cauris. Aujourd’hui symbole figurant sur l’immeuble de la Banque centrale des États de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO). Le cauri est l’une des monnaies les plus anciennes du monde.
Malgré que le cauri ne soit plus utilisé dans le système économique, il existe toujours des expressions comme « un sac de cauris » qui désigne les billets de 1000 FCFA par les yoroubas du Nigeria et les Fons du Benin ; ou encore que les objets sur lesquels se trouvent les cauris sont appeler des porte-bonheurs ou des objets qui attirent de la richesse et du pouvoir économique. Si ce petit coquillage blanc continue de tonner de nos jours, c’est bien parce qu’il a été d’une grande importance dans le temps où il était encore utilisable en monnaie d’échange. Encore utilisé jusqu’au 20e siècle, le souvenir de ce moyen de paiement populaire se perpétue dans les collections des musées consacrés à la monnaie. Par ailleurs, certaines personnes l’en utilisaient aussi pour lire l'avenir. Leurs valeurs spirituelles leur ont tout aussi value leur renommer surtout dans les pays africains.
Malgré que le cauri ne soit plus utilisé dans le système économique, il existe toujours des expressions comme « un sac de cauris » qui désigne les billets de 1000 FCFA par les yoroubas du Nigeria et les Fons du Benin. Les objets sur lesquels se trouvent les cauris sont appeler des porte-bonheurs ou des objets qui attirent de la richesse et du pouvoir économique. Si ce petit coquillage blanc continue de tonner de nos jours, c’est bien parce qu’il a été d’une grande importance dans le temps où il était encore utilisable en monnaie d’échange jusqu’au 20e siècle. Le souvenir de ce moyen de paiement populaire se perpétue dans les collections des musées consacrées à la monnaie. Par ailleurs, certaines personnes en utilisaient aussi pour lire l'avenir. Leurs valeurs spirituelles leur ont tout aussi value leur renommer surtout dans les pays africains.

Le cauri : une porte de la divination et de la tradition

Au-delà de sa renommée monétaire, le cauri joue des rôles multiples et très particuliers dans nos vies depuis des milliers d’années.
En Afrique, plus précisément dans l’ouest du continent, les cauris sont très souvent utilisés par les prêtres vodous et les marabouts dans les séances de divination. Certaines personnes l’utilisent aussi pour lire l’avenir. Cette pratique se fait en lançant les cauris sur un tapis, un panier plat ou un cercle dessiné. Par exemple, le voyant lance un certain nombre de cauris sur la surface plane et entreprend ses commentaires en fonction de la disposition des cauris. À savoir que les cauris prennent des positions différentes à chaque lancée ; ils forment entre eux un "langage" en fait, il existe une sorte d’alphabet des cauris. Le voyant prédit l’avenir, mais il parle également du passé. En général, les prédications tournent au tour du futur sentimental, social, familial et le devenir professionnel.

Leur aspect religieux et traditionnel amenait les peuples, surtout animistes, a confectionner des costumes faits de cauris qu’ils revêtaient pendant des manifestations cérémoniales ou coutumières. Des objets à caractère magique à l’instar des cornes, gris-gris, fétiches ornés de cauris peuvent être retrouvé chez les guérisseurs ou les sorciers ; par ailleurs, on les retrouve aussi sur les objets les tenues de danses traditionnelles, des objets culturels et les représentations théâtrales voulant définir les couleurs d’un peuple. Ces objets et ces costumes couverts de cauris se rencontrent chez plusieurs peuples togolais. Par ailleurs, on les retrouve aussi sur les objets les tenues de danses traditionnelles, des objets culturels et les représentations théâtrales voulant définir les couleurs d’un peuple. Symboliquement, la forme des cauris est souvent comparée au sexe de la femme. Ils sont pour cela utilisés lors des rites de fécondité dans certaines tribus.

Le cauri et l’art

Le cauri est également très apprécié dans la création artistique, tels que les bijoux et les œuvres d’art. On le retrouve beaucoup chez les stylistes blacks, métissé(es) et ils sont impliqués dans la création de coiffure chez les femmes et hommes qui ont des dryades sur la tête.

Les cauris et la beauté

Parmi ses nombreuses vertus, on compte aussi la santé et le bien-être. Le cauri selon sa définition est avant tout un coquillage. Dans certains pays d’Afrique, ils sont utilisés pour préparer un soin traditionnel fait maison très efficace destiné à guérir des maladies de peau comme les points noirs, les taches pigmentaires, les boutons, les teint terne, et le masque de grossesseIl s'agit d'un vieux remède oriental de grand-mère qui se révèle très efficace.
Pour préparer ce remède :
- Pour commencer, il est conseillé de rincer les cauris et de les sécher avec un linge propre avant de les utiliser ensuite déposer les dans un pot en verre et de les recouvrir d'un peu de jus de citron frais puis de les laisser fondre pendant une nuit généralement. Vous obtiendrez alors une crème naturelle blanche plus ou moins liquide. Cette crème traitante s'applique soit sur tout le visage, soit sur les zones où il y a des imperfections. Ce mélange permet d'unifier le teint en apportant un effet éclaircissant grâce au citron et d'avoir une peau plus nette, plus lisse en éliminant boutons passagers, tâches et cicatrices. 
Si vous voulez faire un masque complet ou juste en mettre sur certaines zones, vous avez besoin de faire fondre un gros coquillage ou deux petits. Selon le nombre de coquillages nécessaire pour un soin. Avec 10 coquillages, vous pouvez faire une cure de 5 à 10 masques, vous pouvez aussi n'en faire qu'un par mois. Généralement en cas de problèmes de peau difficiles à traiter, il est conseillé de faire un à deux masques par semaine et de préférence, le soir. Concernant les tâches, elles commencent à disparaître avec le temps au fil des applications. Dès que vous sentez que votre peau a absorbé la crème obtenue, rincez votre peau à l'eau tiède puis eau froide.

Charité Akouta


Menz Alfa
Menz Alfa

Développeur web, geek, et amoureux de littérature et de spiritualité, Togoqueens, m'offre la possibilité de partager ma plume critique sur les thèmes pouvant éveiller la conscience de la femme africaine et particulièrement togolaise.

VOUS AIMERIEZ AUSSI

0 Commentaire(s)

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Contactez nous

+41 077 914 57 61

info@togoqueens.com

Design by Creative Web
Ingénieurie web mobile Design
Communication Digitale
Quartier Adidoadin, sur le Boulevard Faure Gnassingbé

Conseils mode, beauté, bien être, cuisine, couple, culture, biographie etc.. lisez les dernières actualités des femmes togolaises qui font la fierté du Togo et de l'Afrique.


news letter